Le Figaro

C’est Le Figaro, bien sûr, et l’enquête porte sur la situation en France, mais quand-même : plus de trente mille votants déjà sur la question « Énergie : les éoliennes sont-elles une bonne solution écologique ? »

http://www.lefigaro.fr/actualites/2018/08/06/01001-20180806QCMWWW00181-energie-les-eoliennes-sont-elles-une-bonne-solution-ecologique.php

Et plus de 500 commentaires, très divers et parfois très pertinents, comme ceux-ci, de Cer203 : « Si c’est si bien pourquoi faut il que les promoteurs avancent de façon aussi sournoise (secret des conseils municipaux et des avant-contrats avec les promoteurs, prétendue concertation au stade ultime alors qu’aucune évolution significative n’est possible) et avec autant de mensonge (impact fiscal sur les communes, production effective, impact immobilier avec aucune étude sérieuse récente, citations tronquées et faussées, sans vérification par les autorités délivrant les autorisations, photomontages montrant des éoliennes filiformes et floues , dissimulation sur les productions réelles et les loyers versés et j’en passe)? » ou celui-ci de Lupus Germanicus : « Bien sûr que les éoliennes sont une bonne solution. depuis quelques semaines il n’y a quasiment pas de vent et de plus c’est un phénomène naturel sous un anticyclone qu’il soit des Açores (chaud) ou de Sibérie (froid), il n’y a pas de vent. Sans parler de l’apport esthétique dans le paysage, le bruit, etc. En fait l’éolien n’est bien que pour ceux qui ont des parts dans ces entreprises (pas françaises en général) et pour ceux qui louent leur terrain – autrement aucune utilité. Technologie recommandée par quelqu’un dont on cherche encore les diplômes à l’exception du baccalauréat autrement dit rien. »

Ou encore montalbano di punta secca : « les éoliennes sont une manne pour des investisseurs peu scrupuleux qui s’en foutent complétement de la pollution visuelle – business is business ».

Moi, j’ajouterais : une manne non seulement pour des investisseurs peu scrupuleux, mais également pour des petits politiciens communaux et un ministre sans scrupules, tous achetés par les promoteurs éoliens.