Week 5: Bellignies – Treignes

In het algemeen heb ik het niet zo op mensen, maar sinds enkele weken volg ik een blog die mij soms ontroert of verblijdt, juist vanwege de mensen die er in voorkomen. Op haar website brengt Eva Van Tulden verslag uit van de voettocht die zij langs de Belgische grenzen maakt om sponsors te werven en geld op te halen voor de organisatie Infirmiers de rue/Straatverplegers (daarover verder meer).

In 2018 richtte Eva de vzw Reach Out op (ik kan haar gewoon Eva noemen, want wij kennen elkaar). De bedoeling was fondsen te verzamelen voor specifieke humanitaire projecten, in België of in het buitenland. Die projecten worden ter plaatse uitgevoerd door lokale partners; de fondsen die Reach Out daarvoor bij elkaar krijgt, zijn overwegend de opbrengst van lange-afstandsfietstochten of ‑trektochten ondernomen door Eva.

Zo loopt nog steeds het project dat in 2018 begon rond Bubaque. Bubaque is een minuscuul en doodarm eiland voor de kust van Guinée Bissau, met een groot gebrek aan onderwijsinstellingen en leerkrachten. De bedoeling is voldoende fondsen bijeen te brengen opdat uiteindelijk nog één gemotiveerde jonge man zijn diploma van onderwijzer zou kunnen halen. Vanwege talloze problemen (niet alleen covid-19 vandaag, maar ook corruptie en gebrek aan infrastructuur) loopt dat niet allemaal van een leien dakje, maar er blijft goede hoop dat Cipriano binnenkort zijn opleiding kan afronden. Eva zamelde geld in tijdens een fietstocht van vijftien weken naar de Noordkaap en (gedeeltelijk) terug, en het jaar daarop ook vijftien weken naar en door het Verenigd Koninkrijk en Ierland. Daarnaast heeft zij ook enkele structurele sponsors bij het project betrokken.

En nu trekt zij dus met de rugzak België rond, te voet. Eva is vijf weken geleden vertrokken in Antwerpen, langs de Nederlandse grens naar de kuststreek, daar richting Frankrijk en dan langs de Franse grens richting de Ardennen, en van daar via de Duitse grens over Limburg terug naar huis. Vandaag, in week 5, heeft zij er 520 km op zitten. Dat alleen al vind ik bijzonder: hoe iemand er in slaagt om dag na dag rond de 25 km af te leggen, met een zware rugzak, door weer & wind (en qua weer & wind heeft zij haar portie wel gehad de afgelopen weken). En elke avond een plek vinden om te overnachten in haar tentje.

Daar komen de andere verbazingwekkende mensen te voorschijn. Een aantal van de personen bij wie zij haar tentje mag opslaan bieden sowieso hun tuin aan op Welcome to my garden. Maar naast de, naar mijn indruk redelijk zeldzame onaangename afwijzingen, zijn er ook volop mensen die gewoon hun tuin of hun huis aanbieden aan de vermoeide reizigster – en die daarbij ook nog eens, wanneer zij haar verhaal horen, het goede doel sponsoren waarvoor Eva loopt. Van elk van hen plaatst zij een portretje op de sponsorspagina, en als je die allemaal bij elkaar ziet, denk je: wat zijn er toch overal aardige mensen, althans mensen die zich op een bepaald ogenblik aardig gedragen. Dat maakt mij dan weer blij.

Kortom, zelfs als het doel achter de Belgiëtocht je niet interesseert, biedt het blogverslag, met de portretten van de gastheren/-vrouwen/-gezinnen, een dagelijks momentje om je vertrouwen in mensen aan te wakkeren.

Nu, waar is het eigenlijk allemaal om begonnen? Om de Infirmiers de rue, in het Nederlands Straatverplegers.  Infirmiers de rue is een Brusselse organisatie die dakloze mensen op straat opzoekt, hen medische verzorging verstrekt, en ze dan probeert te begeleiden naar een min of meer reguliere woning. Sinds enige tijd is het werk gericht op het principe housing first: wanneer er een voldoende vertrouwensband is met een dakloos persoon, wordt op de eerste plaats voor een woning gezorgd – dit vanuit het idee dat wanneer iemand een beetje duurzaam van de straat is, medische verzorging en sociale herintegratie een stuk makkelijker zullen gaan. Het is een mooi initiatief, en zeer, zeer nodig, niet alleen in Brussel (er is sinds 2019 ook een werking in Liège). En als je de analyses volgt van de sociale impact van de huidige epidemie, zal de nood aan hulp voor mensen die dakloos geworden zijn alleen nog maar toenemen.

Eva’s tocht door België is ook te volgen in het Engels en op facebook, instagram en  youtube (maar daar doe ik zelf niet aan, dus daar kan ik verder niets over meedelen).

Contre-attaque

Trente milliards d’euros, c’est le montant que des pratiques d’évasion fiscale feraient perdre chaque année à l’état belge. Pour comparaison, le budget annuel de l’éducation en Communautés française et flamande est de l’ordre de 20 milliards d’euros. Les Dubaï Papers, quelques 16.000 documents révélés par un lanceur d’alerte en 2018, ont établi le rôle crucial d’experts-comptables, avocats fiscalistes et réviseurs d’entreprise dans l’organisation mondiale de ces magouilles. En ce qui concerne le volet belge de ce dossier, l’organisation Attac a déposé des plaintes déontologiques contre trois organisateurs bien connus. Chaque citoyen, toute organisation peut se joindre à ces plaintes d’une manière simple, gratuite et sans risque.

En 2019 le journaliste Frédéric Loore publie sur Paris Match un ample dossier sur le volet belge des Dubaï Papers, révélant des noms d’individus et d’organisations impliqués dans cette évasion fiscale à grande échelle. D’un point de vue politique ou social, il ne faut pas se laisser tromper par la distinction entre évasion et fraude fiscale. L’évasion fiscale serait la pratique d’un contribuable de diminuer au maximum sa dette fiscale en utilisant des procédures légales, tandis que s’il recourt à des pratiques illégales, on parlerait de fraude fiscale. L’objectif et les résultats sont pourtant les mêmes : ne pas payer ses impôts légitimes. On a vu encore très récemment – et aujourd’hui encore, d’ailleurs – pendant la crise du covid-19 les ravages qu’ont causés les politiques d’austérité qui depuis des décennies mettent à mal les services publics sous prétexte qu’il n’y a pas d’argent. Alors, comme l’écrit Jean-Claude Garot sur Pour en décembre 2019 :

Face à une évasion fiscale énorme et en croissance continue, face à des inégalités de plus en plus insupportables (la Belgique a l’un des taux de pauvreté des enfants les plus hauts d’Europe : 40% des enfants grandissent dans la pauvreté à Bruxelles, 25% en Wallonie et 10% en Flandre), face au délabrement de tous les services publics, il ne faut effectivement pas attendre le déroulement d’un procès (l’État Belge s’est constitué tout récemment partie civile) qui va durer de longues années à l’instar de la fameuse affaire dite des « sociétés de liquidités » qui a duré 20 années de 1995 à 2015 avec les mêmes organisateurs que ceux impliqués dans les Dubaï Papers de 1985 à 2018 et qui sauront utiliser au mieux les recours de toute nature, les procédés dilatoires et autres manœuvres destinées à jouer avec les délais de prescription.

Mondialement, il y a toute une industrie de l’évasion fiscale, qui n’inclut non seulement les grands cabinets d’audit financier (KPMG, Deloitte, PWC et Ernst & Young), mais également des experts-comptables belges comme Guy Ollieuz, ou des avocats fiscaux comme Thierry Afschrift et Arnaud Jansen. A propos de ces deux derniers, Pour note :

Maître Thierry Afschrift est le pape du « No Tax », il fait valoir son idéologie dans nombre de médias, enseigne depuis 41 années à l’ULB/Solvay, est juge conseiller suppléant auprès de la Cour d’Appel de Bruxelles (6ème Chambre fiscale) depuis au moins 20 années sans discontinuer et conseille à ses heures le gouvernement. Maître Arnaud Jansen a quant à lui été très impliqué au Barreau en tant que membre du Conseil de l’Ordre de 2002 à 2006 ; à ce jour il est membre du conseil de discipline des Barreaux Francophones du ressort de la Cour d’Appel de Bruxelles et membre assesseur au conseil de discipline pour le Barreau de Bruxelles. Il est par ailleurs candidat à la succession du Bâtonnier en 2020.

L’initiative innovante de la part d’Attac (à laquelle peut donc participer tout.e citoyen.ne ou organisation solidaire) consiste en des plaintes déontologiques auprès de l’Ordre des avocats du Barreau francophone de Bruxelles d’une part, et auprès de l’Institut des Experts Comptables, d’autre part. Dans les trois cas, la plainte vise à ce que le bâtonnier ou le président de l’Institut apprécie l’extrême gravité des faits au regard des règles déontologiques qu’il a pour mission de faire respecter (les Dubaï Papers mettent en évidence entre autres le recours à de fausses factures et à des factures antedatées).

Chacun peut se joindre à ces procédures. Attac a mis sur son site trois modèles de plaintes spécifiques à propos d’Afschrift, Jansen et Ollieuz (voire sous Comment porter plainte en tant que personne physique ?). Perso, je ne suis pas très heureux avec la formulation que suggère Attac, mais comme l’organisation le spécifie elle-même : « (facultatif mais encouragé) personnalisez le message avec des éléments qui vous tiennent à cœur ». (Et n’oubliez pas de joindre une photocopie de votre carte d’identité.)

Donc : dans les plaintes contre les avocats, je ne mentionnerais pas « l’article paru le 17 décembre dernier dans la Libre Belgique», que je ne connais pas, mais je me tiendrais aux articles de Frédéric Loore sur Paris Match. Et deuxio, je ne suis en général pas partisan de punition, plutôt de réparation. Exiger que quelqu’un soit puni n’est pas mon style. Par contre, le texte du courriel à propos de l’expert-comptable Ollieuz me paraît beaucoup plus civilisé et correct, et je formulerais donc une variante de ce texte-ci pour ma plainte auprès du bâtonnier bruxellois.

Pour terminer, je cite encore une fois Jean-Claude Garot, qui exprime clairement ce qui est en jeu :

Intervenir dès maintenant dans le cadre de plaintes déontologiques, c’est s’inviter dans le processus d’une affaire qui, sinon, échapperait complètement à la société civile, prendre à témoin une communauté de 4.839 avocats francophones, mettre sur le devant de la scène les organisateurs de l’évasion fiscale, les concepteurs du système qui pille les nations et c’est en cela contribuer de manière beaucoup plus efficace au combat contre la fraude et l’évasion fiscale qu’en se limitant à la seule dénonciation des bénéficiaires.

S’emparer du dossier des Dubaï Papers, c’est aussi lui donner une dimension politique qu’il n’a pas aujourd’hui : la Belgique est un paradis fiscal pour les riches, mais il n’empêche qu’elle est aussi victime d’évasion fiscale à grande échelle de la part des riches qui considèrent qu’il existe des paradis encore plus attrayants. Et cela, les Dubaï Papers le démontrent sur une longue période de 1985 à fin 2018, pendant laquelle le citoyen entendait ses dirigeants clamer leur volonté de lutter contre l’évasion fiscale. Les Dubaï Papers sont la parfaite démonstration du choix délibéré d’une infime minorité, le « gratin de la société », de ne plus faire société, avec l’aide d’avocats fiscalistes chèrement rémunérés.

S’emparer du dossier permet aussi de dénoncer à quel point tant le citoyen que la magistrature ont été abusés par les protagonistes de l’affaire dite des « sociétés de liquidités » qui sont les mêmes que ceux de l’affaire des Dubaï Papers : pendant que se déroulait sur 20 années l’instruction et le procès des « sociétés de liquidités », ceux qui étaient mis en accusation et ceux qui les défendaient continuaient d’agir de concert pour servir les intérêts de riches clients dans le cadre d’un vaste système international d’évasion fiscale frauduleuse. La parution des articles du journaliste indépendant Frédéric Loore a permis de relater les chronologies entrecroisées des deux affaires. Leur lecture est proprement stupéfiante et ne peut que laisser pantois même les plus avertis et les plus cyniques face à tant d’impostures.

Il n’existe pas d’autre moyen pour s’emparer de ce scandale que de faire comme Attac et de porter plainte auprès du Bâtonnier de l’Ordre Francophone des avocats du Barreau de Bruxelles. Tant les associations que les personnes physiques sont en droit de le faire. Ne pas le faire, c’est renoncer à une opportunité unique.

Police et pandémie

Amnesty International vient de publier un rapport de 39 pages sous le titre Police et pandémie – les mesures prises en Europe pour faire face à la pandémie de covid-19 ont donné lieu à des violations des droits humains.

Dans l’introduction on lit :

Le 11 mars 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié de pandémie mondiale la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) et a appelé les États à prendre immédiatement des mesures pour y faire face. Depuis maintenant plus de trois mois, les gouvernements européens ont instauré certaines règles afin de lutter contre la pandémie et de résorber la pression croissante sur leur système de santé publique. Désignées dans le présent document sous le terme de « confinement », ces mesures ont limité les droits humains, en particulier le droit de circuler librement et le droit de réunion pacifique. Si certaines d’entre elles ont été allégées dans de nombreux pays, bien des restrictions restent en place.

[-]

Ce rapport met en avant des préoccupations systémiques en matière de droits humains concernant le racisme institutionnel, la discrimination dans le cadre du maintien de l’ordre et le manque d’obligation de rendre des comptes face aux allégations de recours illégal à la force par des responsables de l’application des lois.

Je reprends ici quelques extraits de la partie sur la Belgique dans le chapitre Recours illégal à la force et autres violations des droits humains de la part de la police. Le texte intégral que l’on trouve sur https://www.amnesty.org/fr/documents/eur01/2511/2020/fr/ contient des notes avec les justifications des allégations.

[-]

Le 17 mars 2020, les autorités belges ont adopté des mesures de confinement contre la pandémie de COVID-19. Elles comportaient notamment des restrictions du droit de circuler librement et du droit de réunion pacifique. Les agents des forces de l’ordre étaient chargés d’appliquer ces mesures et, selon les statistiques diffusées dans les médias, la police a enregistré quelque 100 000 cas d’infractions aux mesures. Les médias et les ONG ont fait état de l’effet disproportionné de l’application des mesures de confinement sur les quartiers populaires, où vivent de nombreuses personnes issues des minorités ethniques. La Ligue des droits humains a recueilli 102 allégations d’abus policiers entre le 18 mars et le 29 mai. Dans 36 % des cas, la police aurait fait un usage illégal de la force, et elle aurait proféré des insultes dans 21 % des cas. Parmi les victimes, 40 % étaient des personnes racisées.

Par exemple, le 27 mars, la police a interpellé plusieurs jeunes hommes qui, d’après la police, enfreignaient le confinement à Schaerbeek, un quartier de Bruxelles où une large part des habitant·e·s est dorigine marocaine ou turque. La police a affirmé aux médias que lun des hommes avait résisté au contrôle d’identité et que les agents avaient appelé d’autres voitures de police en renfort. Dans une vidéo publiée en ligne, qui a été vérifiée par Amnesty International, deux policiers semblent interpeller un jeune homme. Lorsqu’il repousse les mains des deux agents qui tentaient de l’empoigner, ces derniers le plaquent au sol. Quand d’autres jeunes hommes se trouvant aux alentours s’opposent pacifiquement à l’arrestation, les policiers leur crient de reculer. Alors que la vidéo ne montre aucune menace à l’égard des agents, plusieurs voitures de police arrivent ensuite sur les lieux. D’après un témoin apparaissant dans la vidéo, la police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser la foule. Amnesty International constate avec regret que la police n’a pas réagi de manière proportionnée dans cette affaire.

Le 14 avril, Adil, un jeune homme d’origine nord-africaine de 19 ans, est mort lors d’une course-poursuite avec la police dans le quartier populaire d’Anderlecht à Bruxelles, où vivent de nombreuses personnes issues des minorités ethniques. D’après les médias et l’avocat de la famille d’Adil, les agents de police ont tenté de contrôler l’identité d’Adil et de son ami, qu’ils soupçonnaient de ne pas respecter les restrictions liées au confinement, car ils se trouvaient sur une place de la ville en scooter. Selon l’avocat de la famille, Adil et son ami ont pris la fuite pour éviter d’être verbalisés par la police. Les amis d’Adil, qui fréquentent également le centre pour la jeunesse JES d’Anderlecht, ont expliqué que la police avait infligé à plusieurs reprises des amendes de 250 euros à des jeunes pour non-respect des mesures de confinement. Adil a probablement voulu s’enfuir pour éviter une contravention.

Il a d’abord été poursuivi par deux voitures de police, avant qu’une troisième soit appelée en renfort. Adil est mort à la suite d’une collision entre son scooter et cette troisième voiture de police. D’après l’avocat de la famille, au moment de la rédaction de ce rapport, un juge enquêtait sur les circonstances de sa mort. L’avocat a expliqué à Amnesty International que l’instruction visait à établir si la voiture de police avait percuté Adil alors qu’il doublait une autre voiture ou si la collision était due à une manœuvre policière visant à arrêter Adil. Même si le contrôle de l’identité d’Adil était peut-être justifié, Amnesty International craint que le déploiement de plusieurs voitures de police pour poursuivre un homme qui ne constituait apparemment pas une menace pour l’intégrité physique de quiconque et qui n’avait pas commis d’infraction grave soit une mesure disproportionnée.

Pendant les manifestations qui ont suivi la mort d’Adil, des actes de violence ont été commis. Cependant, de nombreuses personnes ont aussi exigé de manière pacifique que des responsabilités soient établies concernant la mort du jeune homme. La Ligue des droits humains a signalé au moins 10 cas dans lesquels la police a ordonné à des habitant·e·s de retirer des banderoles réclamant « Justice pour Adil » dans les jours suivant son décès. Elles étaient suspendues à des fenêtres ou accrochées à des façades dimmeubles. La police a affirmé à la presse que des règlements locaux de police interdisaient le déploiement de banderoles sur les façades extérieures. L’ordre de retirer ces banderoles constitue une restriction injustifiée et arbitraire du droit à la liberté d’expression.

Le 21 avril, des agents de police auraient arrêté un homme soudanais dans le centre de Bruxelles, l’auraient arbitrairement privé de sa liberté et auraient eu recours à une force arbitraire contre lui. D’après l’avocat de cet homme, les agents de police l’ont frappé à plusieurs reprises pendant qu’ils contrôlaient son identité. Ils l’ont ensuite arrêté de manière arbitraire et l’ont fait monter de force dans leur fourgon avant de le libérer peu de temps après. Dans une vidéo publiée sur Facebook le 21 avril et qu’Amnesty International a pu vérifier, on peut voir cet homme étendu sur le sol du quai Willebroeck à Bruxelles après avoir été relâché par la police. Il est en train de pleurer et son téléphone et ses affaires sont éparpillés autour de lui. D’après son avocat, un policier lui a aspergé le visage avec du gaz lacrymogène après l’avoir remis en liberté dans la rue où la vidéo a été filmée. Au moment de la publication de ce rapport (mi-juin 2020), un policier devait être jugé pour coups et blessures. Le 5 juin, le procureur a requis un an de prison contre ce policier.

Dans certains cas, la police a restreint de manière injustifiée le droit à la liberté d’expression, notamment après la levée de certaines mesures de confinement le 4 mai. Par exemple, le 6 mai, Chahr a été arrêté par la police dans un parc public de Bruxelles parce qu’il faisait du kayak sur un étang. Il tenait une banderole demandant la régularisation des migrant·e·s sans papiers. Les policiers lont menotté, lont plaqué au sol et lont maintenu à plat ventre tandis que l’un des agents avait le genou sur le dos de Chahr. Il a été conduit au commissariat, où il a subi une fouille au corps et a été placé en garde à vue avant d’être libéré sans inculpation.

Amnesty International constate avec préoccupation que les agents des forces de l’ordre ont fait usage d’une force illégale dans le cadre de l’application des mesures de confinement visant à protéger la santé publique en Belgique pendant la pandémie de COVID-19. Ces dernières années, des organes internationaux de protection des droits humains ont exprimé leur inquiétude quant à l’impartialité des enquêtes menées sur des allégations de torture et d’autres formes de mauvais traitements par des responsables de l’application des lois. En outre, Amnesty International a déploré que les règlements de police internes n’interdisent pas explicitement le profilage ethnique et que les autorités publiques ne recueillent pas de données ventilées sur les contrôles d’identité par la police belge.

Le 10 juin, sept organisations de la société civile (Amnesty International, JES Brussel, la Liga voor Mensenrechten, le Minderhedenforum, Uit de Marge, la Ligue des Droits Humains et le MRAX) ainsi que le défenseur des droits humains Yassine Boubout se sont mobilisés ensemble sur une plateforme baptisée « Pas normal » dans le but de mettre un terme au profilage ethnique par la police en Belgique.

La plateforme Pas normal se trouve ici : https://stopethnicprofiling.be/fr/.

Reistips

Indien al niet vanwege zijn levensvreugde, dan toch zeker vanwege zijn buitengewoon hoge aantal coronadoden geldt de depressieve borderline-staat België als het Brazilië van Europa. In die zin kan men de in de misantropische stijl van het laatbrutalisme gebetonneerde strandpromenade van Oostende terecht bejubelen als het Europese Copacabana. Het schijndode landje heeft van zijn medische noodtoestand een deugd gemaakt en de sector van het vreemdelingenverkeer omgebouwd naar epidemietoerisme.

België biedt vakantie aan werkelijk alle categorieën van zieken. Resistente kinderen worden door het fijne zand aan de kust tussen Knokke en De Panne aangespoord om oma en opa te begraven, terwijl intussen de wegkwijnende ouders de horizon van het Kanaal afspeuren naar de Tweede Golf. Brussel pronkt dan weer graag met haar nieuwe symbool. Nadat van het Atomium een paar ijzeren moleculen weggeslepen werden, verheft zich nu het prachtige genoom van het coronavirus als een landbaken boven de hoofdstad.

Uit de vakantiereistips van taz am wochenende, 4/5 juli