français

mettre fin à la guerre

Les Verts allemands (Bündnis 90/Die Grünen), sont-ils un parti de gauche, comme les définit la presse en général, ou sinon, quoi au juste ? Où sont passés leurs susceptibilités écologiques, leur pacifisme ? Pendant le Parteitag récent (trois jours de suite à Bonn), une majorité des participants vient de voter pour la destruction du village de Lützerath afin d’y ouvrir une nouvelle exploitation de lignite en plein air. Entretemps leurs ministres approuvent la livraison de nouvelles armes à l’Arabie Saoudite (bien que celle-ci mène une guerre sanglante au Yémen). Et en ce qui concerne l’Ukraine, les ministres verts et le congrès du parti semblent vouloir se surpasser mutuellement dans leurs discours belliqueux envers la Russie.

Seraient ils et elles conscient.e.s de la complexité de la situation et du conflit en Ukraine ? Même dans l’actuel cadre médiatique principalement guerrier, des centaines d’articles ont été publiés qui essaient d’analyser ce qui se passe dans le respect pour le contexte historique et géopolitique, et suggérant donc des approches complexes plutôt que des slogans belliqueux, dont tirent parti en premier lieu les Etats-Unis, l’OTAN et les marchands d’armes et de combustibles fossiles. Un article de Salvatore Cannavò du journal Il Fatto quotidiano et publié sur Jacobin Italia, n. 15 – estate 2022, n’offre pas de solutions pour la guerre (évidemment), mais résume assez bien quels sont les enjeux. Voici ma traduction des trois derniers alinéas.

Par contre, l’analyse dont nous avons besoin est proche de la lecture féministe intersectionnelle appliquée aux dynamiques internationales, dans laquelle différentes contradictions se chevauchent et s’accumulent dans une lecture plus riche, plus intelligente et plus dynamique. Le soutien à une société civile russe en devenir n’arrêtera pas la guerre demain, mais il sera essentiel dans les années d’après-guerre qui risquent d’être encore plus difficiles que celles d’aujourd’hui. Après tout, aucune guerre ne peut être arrêtée par un mouvement pacifiste lorsque les armées sont déjà sur le terrain, tirant sur quiconque bouge. Aussi ceci est une leçon de l’histoire : il faut des années de travail, de patience et d’établissement de relations sans relâche pour obliger les gouvernements à reculer, la diplomatie à gagner ou peut-être les révolutions à émerger.

Une dimension intersectionnelle suit le fil des différentes dynamiques, en essayant de construire une relation possible entre ceux qui, en Europe de l’Est, appellent sur des positions « socialistes » à l’envoi d’armes et ceux qui, en Occident, se battent contre les dépenses militaires. Elle saisit la relation entre les nouveaux nationalismes européens et le nationalisme russe, elle tisse des liens entre les subjectivités les plus exposées au climat torride du militarisme, le féminisme, le monde Lgbtq pris d’assaut par le chef de l’église orthodoxe russe, Kirill Ier. Sur cette ligne de confins, il y a un élan important pour la paix qui doit être suivi et développé. Une ligne qui déconstruit les frontières imaginaires dessinées par la géopolitique et les armes et laisse entrevoir les liens entre les peuples et entre les sujets qui les habitent.

L’opposition à nos gouvernements ne suffira pas à construire un nouveau mouvement pacifiste qui renaîtra de zéro après la dissolution des anciens ; le sacro-saint non à l’envoi d’armes en Ukraine ne suffira pas à ouvrir un dialogue avec les associations de gauche qui y existent aussi ; manifester dans son propre pays ne suffira pas s’il n’y a pas d’autres pays, d’autres mouvements et une nouvelle dimension internationale. Tout cela ne peut se faire en un jour ou en un an, tout cela nécessite du temps, de l’espace et des ressources intellectuelles, mais tout cela est nécessaire aujourd’hui pour mettre véritablement fin à la guerre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s